AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'arrivée de Maddie chez les Malfoy (version a la première personne xD )

Aller en bas 
AuteurMessage
Maddison Jones
Méduse
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 04/05/2009
Localisation : Assise a la table des serpentard

Personnage
Age: 11 ans (5 avril)
Patronus: serpent
Matière(s) Préférée(s): potion

MessageSujet: L'arrivée de Maddie chez les Malfoy (version a la première personne xD )   Jeu 14 Avr - 16:45

Quand je me suis réveillée, je ne savais pas ou j'étais. C'était une grande chambre, j'étais couchée sur un lit et je ne pouvais pas bouger. J'étais fatiguée et j'avais l'impression d'être paralisée. Pourquoi étais-je ici? Ou étais-je? C'étaient les première questions qui m'étaient venues à l'esprit. J'esseya donc de me rappeler ce qui c'était passé et la je me souvins. Le thé quotidien de ma mère que je lui avais approté, mon père qui me hurlait dessus, mon père me chassant de chez moi, moi sous la pluie et Jocelyne qui arrivait. J'avais une pointe dans la poitrine, du mal à respirer. Je me sentais mal, très mal. Comment étais ma mère maintenant? Combien de temps s'était-il écoulé? L'avait-ils guéri? En face de moi se trouvait une fenètre, une très belle fenètre. Les rideaux étaient ouvert et je pouvais voir qu'il pleuvait. Le ciel était gris, et je me mis à pleurer. La porte s'ouvrit. C'était un elfe de maison qui entra. Il avait de grand yeux vert globuleux et était couvert d'une taie d'oreiller ou de quelque chose y ressemblant. Ce n'était pas Dali, ce n'était pas l'elfe de maison de Jocelyne. Où étais-je? Je n'avais pas la force nécéssaire, je me sentais faible. C'est à ce moment la que je m'aperçu que j'avais un chiffon sur le front. L'elfe le prit et en mis un autre à la place. Je voulais lui demander qui il était mais aucun son ne sortait de ma gorge. J'avais la gorge sèche, mais l'elfe du lire dans mes pensées car il me tendit un verre d'eau. C'est à ce moment la que je sentis que je pu bouger. Je saisi le verre d'eau mais mes mains étaient encore engourdis pas mon sommeil. J'eu du mal à boire. Après avoir bu, lelfe de maison me sourit. Puis il me donna la réponse à ma question. Je me trouvais chez la famille Malfoy. L'elfe me raconta comment j'étais arrivé ici. C'était Narcissa qui avait demandé à ce qu'on prenne soin de moi par la demande de Jocelyne. Dobby, l'elfe de maison me dit que désormais j'allais vivre ici, que la famille Malfoy m'avait receuilli car mon père ne voulait pas de moi. Je me mis à pleurer mais Dobby me consola en me disant que mon père avait sans doute dit ça sous l'effet de la colère mais je savais qu'il le pensait vraiment. Nos relations étaient très tendues. Dobby s'en alla, me laissant seule. J'avais moins mal au coeur mais je ne me sentais toujours pas bien. Si je restais ici, c'était parceque ma mère n'était toujours pas revenu a son état normal. Son état... Comment était-elle? Je me remémora la scène, je voyais ma mère, sur le canapé, allongé, le bras pendant, endormis. Etait-elle morte? Ou simplement endormi? Je priais pour la première solution.
Les minutes passèrent, puis des heures. Dobby revenait de temps en temps s'occuper de moi. Je ne trouvais pas le sommeil, je ne pouvais que comtempler le temps qu'il faisait et voir que la pluie avait cessée mais qu'il faisait toujours aussi gris. C'est la que Madame Malfoy entra dans la pièce, accompagnée de Dobby. Elle me salua, je la remerciait de s'être occupé de moi et lui demanda des nouvelles de ma mère. Elle me répondit que ma mère n'était pas morte, qu'elle était plongé dans un comma très profond. Je ne l'avais pas tué et cela me soulagea. Mais son état était grave. Elle était inconsciente. Combien de temps est-ce que sa allait durer? Mon père avait décidé de l'emmener à Sainte Mangouste pour voir ce qu'ils pouvaient faire. Mais ils lui avaient déclaré qu'ils ne pouvaient rien faire, apparement le poison que j'avais créé était très puissant, même un bézoard ne fonctionnait pas. La seule solution était de créer un antidote. Mais moi je ne savais pas en faire en ce temps la. Je ne savais même pas que pour ce faire il fallait savoir ce qu'il y avait à l'intèrieur. Narcissa Malfoy me demanda d'une voix très douce et calme si je me souvenais de ce que j'avais mis. Mais tout était flou. Je me revoyais dans la cuisine cherchant des ingrédients. Mais j'en voyais trop. J'avais beau chercher je ne trouvais pas. Narcissa voyant que je commener à pleurer me pris dans ses bras, comme ma mère me le faisait quand je faisais un cauchemard. Elle me dit que ce n'était pas grave, que sa finirait par me revenir, que pour le moment il fallait que je me repose. Il ne fallait pas que je pense à ça maintenant car j'était triste, et que j'allais tenter de trouver vite mais que ce ne serait surement pas bon. Madame Malfoy était une personne que je trouvais très gentille, elle ne ressemblait pas à ma mère mais je retrouvais tout de même certaines choses. Sa douceur par exemple. Narcissa demanda à Dobby d'aller préparer à dinner. Je fixa la fenètre et son extèrieur, le ciel s'était assombris il allait bientôt faire nuit. Alors que Madame Malfoy s'en allait je lui demanda si sa la gènait que je reste ici à elle, à Monsieur Malfoy et bien entendu à Drago, le garçon que je n'aimais pas. Elle me répondit que ca ne les dérangeaient pas et que Drago viendrait me voir tout à l'heure. Mais je n'avais pas envie qu'il me voit. Mes yeux était rouges, je ne faisais que pleurer, je n'étais pas apte à lui dire quoi que se soit, je ne pouavis pas me défendre, j'était misérable. Il allait se moquer de moi. Et je n'avais pas la force de lutter. Dobby m'apporta le dinner au lit mais je n'avais pas faim. Il laissa donc le repas sur la table de chevet. Je m'étais assise sur le lit à présent, et observer la lune qui se dessiner au loin dans la nuit. Les nuages avaient disparus laissant place aux étoiles. Je regardais ne pensant à rien. Drago entra avec son père quelques minutes après. Monsieur Malfoy me dit que ça ne le dérangeait pas de m'avoir sous son toît mais je sentais que sa le dérangeait c'est pourquoi je lui répondit que je le remerciais mais que je comptais rentrer chez moi. Monsieur Malfoy me regarda, après quoi il me dit que je ne devrais pas retourner chez moi, que se serait une mauvaise idée. Et puis que je ne le pouvais pas, mon père voulait rester seul avec ma mère. Il ne voulait pas que je me retrouve en foyer alors que le mieux était que je reste ici. Ce n'était pas parcequ'il m'aimait mais parceque je faisais parti des sang pur, ma place n'était pas dans un foyer. Lucius Malfoy s'en alla, me souhaitant bonne nuit. Drago lui resta. Il ne me regardait pas, je m'attendait à ce qu'il me lance ce regard si fier, si arrogant mais il n'en fit rien. C'est alors qu'il me traita d'idiote. Mais il y avait quelque chose de pas normal dans sa voix. Je ne répondit rien. Je n'avais rien à répondre, c'était vrai, j'étais une idiote, et même plus que ça. Je n'avais même pas compris ce qu'il essayait de faire. Il me lança deux ou trois autres insultes de plus en plus violentes, mais je ne disais rien. Je regardais la fenêtre et faisait semblant de ne pas l'entendre. Puis soudain, il se mit devant ma ligne d'horizon, il avait un visage furieux. Je ne lui avait pourtant rien fait, il n'avait aucune raison d'être dans cet état. En le voyant je fus pris d'un sursaut, je ne m'y attendais pas, puis il me lança:

"- Réveille-toi! La Maddison que je connais ne resterais pas la à ne rien faire! Tu es la seule à pouvoir aider ta mère!

- Comment le pourrais-je?! Je ne sais pas comment on fait un antidote! Je ne sais pas ce que j'ai mis dedans son thé! Je ne suis bonne à rien! Et puis tu ne me connais pas! Tu ne sais pas que je suis un monstre! J'ai même...

- Je te connais assez pour savoir que tu ne reste pas sur un échec, que tu peux réussir à faire cet antidote! Même si sa te prendra du temps! Même si je dois t'aider pour ça!"


M'aider? Il... voulait m'aider? Moi? La fille qui ne supportait pas? D'ailleurs pourquoi m'avait-il accepté sous son toît? Ce n'était pas normal, ce n'était pas le Drago que je connaissais... à vrai dire si lui ne me connaissais pas, je ne devais pas le connaître non plus. J'avais toujours cru que Drago était une personne orgeuilleuse, qui ne demanderais jamais à l'aide, fier de lui, fier d'être un sang pur, fièr d'avoir tout ce qu'il voulait, fier de m'énerver quand on se voyait, fier d'avoir l'admiration de Jocelyne et surtout qu'il était mon ennemi et que jamais, oh non jamais pour tous les gallions du monde il ne m'aurait proposé son aide. Alors à ce moment la, je fus très étonné de l'entendre dire que si il le fallait il m'aiderai. Mais était-ce la vérité? N'était-il pas en train de s'amuser avec moi? C'était tout à fait possible. J'ignore pourquoi je voulais le croire, peut-être parcequ'a ce moment la je voulais de l'aide, n'importe laquelle. Je cherchais quelqu'un en qui je pouvais avoir confiance. Et c'était tombé sur lui. Je me mis à le regarder dans les yeux, il avait l'air sèrieux. Au fond de moi je voulais le remercier mais au lieu de ça, je lui déclara de ma voix qui était parfaitement revenue:


"- Je n'ai pas besoin de ton aide, Drago. Je peux m'en sortir toute seule!"


Moi aussi j'était fière et je ne voulais pas montrer que j'avais besoin d'aide.


"- Et puis a tout les coups tu serais plus un poid qu'autre chose.";
repris-je en souriant fierement.

A mon grand étonnement, il souria lui aussi. Juste avant de se mettre à rire. Véxée que je puisse être la cause de son hilarité, je lui balançai mon coussin au visage qu'il se prit en pleine face. Je me sentais beaucoup mieux grace à lui et il le savait. Bien qu'au fond de moi je me sentais toujours coupable. Je redevins calme quand Drago se rapprocha de moi, me rendant le coussin. Il ne souriait plus, il ne s'amusait plus, il me regarda dans les yeux, cette fois-ci je n'évitai pas son regard. Une grave erreur. Jusqu'a ce jour j'avais toujour fait attention à mettre dans mon regard de l'indifference quand il me regardait, ou même parfois de la colère mais cette fois-ci, je ne l'avais pas fait. Pendant le cour temps ou il srutait mes yeux, moi je scrutais les siens, et je ne sais pas comment expliquer mais mon visage pris une couleur roseté. C'est à ce moment la que cet idiot de Drago me déclara en souriant.


"- Je ne savais pas que tu pouvait rougir Maddie."


Comme par réflexe je lui répondit:


"- Pauvre andouille c'est ma fièvre!"


N'appréciant pas du tout que je ne sois pas d'accord avec lui et que je trouve une bonne escuse pour le contredire, il fit une grimace et s'en alla. Il me fallu longtemps pour réaliser que ce n'était pas ma fièvre qu'en effet, je rougissais. Rougissait de honte pour m'être montrer aussi vulnérable, mais aussi parce que... j'avais été totalement hypnotisée par ses yeux. Pour la première fois je me rendis compte que Drago était un garçon et moi, et moi... une fille. Oui, je sais, s'en était une de révélation! Jocelyne me l'avait souvent dit: Drago était mignon. Mignon... il l'était. Sublime... aussi, magnifique également. Oui il était tout ça. Il avait un physique largement plus que satisafaisant pour ne pas dire parfaitement à on gout. Mais je refusais absolument de croire à ce que je ressentais. Je refusais catégoriquement d'éprouver quoi que se soit à cause d'un simple regard. Ce n'était pas parcequ'il m'avait aidé, que j'habitais sous son toît que j'allais tomber amour... l'apprécier. Il restait toujours le même, il restait toujours Drago.
Je mis un moment pour m'endormir, je n'arretais pas de penser à Drago. Je n'arrivais toujours pas à me faire à l'idée que j'allais habiter sous son toît. Que j'allais devoir le supporter, que j'allais devoir le voir tous les jours, que j'allais devoir me mettre au potions. Oui il fallait que je trouve le moyen de faire cet antidote. En y repensant, je vis ma mère qui devait se trouver sur son lit, son magnifique lit, chez moi. Cette maison que je ne verrais plus, mon chez moi, ma chambre, mon lit, mes vêtements, mes jouets, ma fenêtre, mes livres, mes photos, mes souvenirs. Tout, me manquerais, je le savais. C'est pourquoi cette nuit la je me fis la promesse de trouver l'antidote à ce poison. Même si je devais mettre des années, même si je devais m'éloigner de tout ce que j'aimais, même si je devais demander de l'aide, même si je devais supporter le fait de me sentir seule, même si je devais ne plus avoir vraiment de vie... je trouverais la solution.
Le lendemain, je me réveillai très tôt. Je n'avais plus mal au coeur. Je n'étais plus malade et à vrai dire c'était déjà ça. Je me levais du lit. Mes pieds étaient tout engourdi et je constatai que j'étais dans un pijama de garçon. J'étais certaine qu'il s'agissait de celui de Drago. Je ne l'avais même pas remarqué la veille. Alors que j'allais pour ouvrir la porte, Dobby l'ouvrit.


"- Bonjour Mademoiselle Maddison.; me fit-il. Est-ce que Mademoiselle Maddison souhaite prendre son petit dejeuner ici? Ou souhaite-t-elle le prendre avec le jeune maitre?"

L'entendre dire le jeune maitre en parlant de Drago me rappela combien Drago aimait être le tout puissant, le meilleur et cela me remit les idées en place. Qu'elle idée de trouver ce garçon agréable. Je répondis à Dobby que je souhaitais sortir de cette chambre et irai prendre mon petit déjeuner avec Drago. Il me demanda tout d'abord de bien vouloir m'habiller. Il me dit que Madame Malfoy lui avait demandé d'aller quérir quelque uns de mes vêtements chez moi et me montra une malle contre le mur. Je l'ouvrit et trouva à l'intèrieur mes robes préféré et d'autre vêtements.


"- Si vous avez besoin de quoi que se soit, Dobby est la, Mademoiselle Maddison."

Il fit une révérance et la laissa.


"- Dobby va attendre que vous vous changiez pour vous conduire a la salle à manger."

Mais je ne savais pas quoi prendre. J'avais peur de ce que dirait Drago. Si je prenais une tenue trop décontractée il me dirait sans doute que je n'avais aucune classe et si je prenait ma robe la plus classe, il me dirait que je frimerais. Ce n'était vraiment pas facile. Aussi je pris quelque chose de sobre. Une chemise blanche, une jupe et des collants gris. Je laissai mes cheveux détachés, n'ayant rien pour les attacher et descendit avec Dobby. Madame Malfoy et Drago était assis à une très longue table. Je vis un bol sur la table qui n'avait pas de propriétaire et je me dis que ce devait être le miens. Cependant je ne bougeai pas et attendis qu'on me dise de m'approcher. Madame Malfoy me salua et je la salua à mon tour. Je fis bonjour à Drago également puis celui-ci souria. Je le regarda d'un air qui voulait dire "Quoi encore?" puis Narcissa me prit de venir m'asseoir. Ce que je fis. J'avais faim. Elle me demanda si j'avais passé une bonne nuit et je lui répondit bien évidement que oui.


"- Je suppose que tu as des affaires que tu aimerais bien prendre chez toi? Des jouets par exemples?"

Des jouets? J'avais beau avoir 5 ans, je n'avais pas de jouets, je trouvais cela stupide et inutile. Moi je me divertissais en lisant, pas en jouant à la poupée comme les autres filles de mon age. Mais il y avait bien une peluche que j'adorais. On pouvait appeler ça un doudou. Je n'en avait pas particulièrement besoin, c'était juste un cadeau que m'avait fait ma mère, c'est pourquoi je l'adorai. Mais je n'avais pas l'intention de demander à Dobby de me l'apporter. Non, je ne voulais pas que Drago voit cette peluche se serait bien trop humiliant pour moi. En revanche je voulais prendre un chouchou, mon chouchou que ma mère avait fait pour moi. Mais demander à Dobby de faire le voyage seulement pour ça m'embetait, alors j'abandonna l'idée. Après avoir pris un petit déjeuner copieux, Drago m'entraina avec lui dans sa chambre. C'était nikel. Tout tait rangé. Il me dit que Jocelyne allait passer plus tard et qu'elle m'expliquerait pourquoi je n'étais pas chez elle en se moment. Mais je ne voulais pas attendre. Non je voulais savoir pourquoi ma famille ne voulait pas me receuillir. Pourquoi c'était les Malfoy, des amis qui le faisait. Je demanda à Drago de me le dire avant qu'elle n'arrive. Et il m'expliqua que c'était mon oncle qui ne voulait pas. C'était compréhensible. J'avais fait du mal à sa soeur. Mon moral redescendit au plus bas. Drago s'alleongea sur son lit et me demanda ce que j'allais faire. J'avais assez refléchi, je ne pensais qu'a ça. La première chose qu'il fallait faire, c'était en apprendre davantage sur les potions. Savoir comment on les préparait, les bases, comment faire un antidote. Et tout se savoir je savais ou le trouver. Dans les livres.


"- Il faut que j'étudie les potions. Je dois me rendre au chemin de traverse pour acheter des livres.

- Demande à Dobby de voir si on en a pas déjà ici.;
fit-il.
- ... Je préfèrerais avoir mes propres livres au cas ou je devrais écrire dessus.

- Fais comme tu veux. Tu as de l'argent?

- Bien entendu que j'en ai... Il faut que j'aille récupérer ma clef chez moi par contre."


C'était ma chance pour demander à Dobby de me rapporter tout ce que je désirai. Il n'était pas question que je laisse les Malfoy me payer quoi que se soit. Je ne souhaitais pas d'aide. Tandis que je préparais dans ma tête une liste de chose à demander à Dobby, Drago se leva de son lit et s'approcha de sa fenêtre.


"- Et ensuite, qu'est-ce que tu compte faire?

- Préparer l'antidote moi même! Je m'achèterais un chaudron et aussi tous les ingrédients.

- Je me demande combien de temps tu va mettre pour réussir. En tout cas, pas tout de suite... Je vais devoir te supporter chez moi jusqu'a ce que tu y arrive, c'est pas pour maintenant.

- TT Sa veut dire quoi ça?

- Ce que sa veut dire...

- C'est à dire?

- C'est à dire que je te trouve trop nul pour réussir du premier coup! Il te faudra un million d'année avant de réussir.

-... Tu te trompe! J'ai réussi à empoisoner ma mère, je réussirais cet antidote. Mais tu n'es vraiment pas intellogent de me dire ça! Quand je pense que...

- Quand tu pense que...?

- ...Rrraah... t'es... vraiment nul Drago! >o<"


Je sortis de sa chambre, de mauvaise humeur et me rendit dans la mienne, du moins ce qui allait devenir ma chambre pour les années futur. Je demandai à Dobby de me ramener un tas de chose, en particulier un petit coffret dans lequelle se trouvait la clef de mon coffre à Gringotts puis Jocelyne arriva. Elle était très inquiète pour moi. Je lui expliquais mes intention et elle me proposa son aide. Mais je n'en voulais pas. Jocelyne n'avait pas la même capacité de reflexion que moi. Oui pas la même, et non pas qu'elle était stupide, loin de la. Jocelyne était très intelligente pour une fille de son age. Malgrès ces airs stupides. Elle cachait bien son jeu, je le savais. Mais je ne voulais pas qu'elle m'aide car même si c'était une bonne intention, Jocelyne était parfois maladroite et j'avais peur qu'elle ne me retarde. Drago lui demanda toutes sortes de choses ce jour la et elle lui obéissa sans broncher. Moi, a sa place, je l'aurais sans doute regarder avec froideur puis j'aurais lacher un soupire en lui disant de le faire lui même. Mais c'était moi, et non pas Jocelyne. Dans l'après midi, on se rendit avec Madame Malfoy sur le chemin de traverse. Je retirai de l'argent dans mon coffre puis alla chercher quelques livres que je dévora pendant des jours et des jours. Je savais à présent beaucoup de choses concernant les ingrédients. J'avais appris aussi qu'il existait quelque chose de très efficace contre les poisons. Un bézoard. C'était une pierre qui se trouvait dans l'estomac des chèvres. Bien sure, pour mon poison, ça ne marchait pas. Il fallait donc construire un antidote et pour ça il fallait connaitre tous les ingrédients du poison. Mais je ne les connaissais pas. Il fallait que je me souvienne, c'était important. Mais rien. Je n'y arrivais pas. Il ne me restait plus qu'a attendre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'arrivée de Maddie chez les Malfoy (version a la première personne xD )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Maddie/Ulysse] Chez Jimmy l'embrouille
» Arrivée de Houille
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» visite chez le gynéco
» Jean-Bertrand Aristide doit rentrer chez lui !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tales of Poudlard :: Les manoirs :: Chez les malefoy-
Sauter vers: